La forêt des mânes de Jean-Christophe Grangé 3/5 - Pissenlit de lune
91
single,single-post,postid-91,single-format-standard,ajax_fade,page_not_loaded,,qode-theme-ver-10.0,wpb-js-composer js-comp-ver-4.12,vc_responsive

La forêt des mânes de Jean-Christophe Grangé 3/5

La forêt des mânes de Jean-Christophe Grangé 3/5

Date de parution: 4 mai 2011
Nb de pages: 628
Prix: 8,50

Résumé:
A Paris, Jeanne Korowa, brillante juge d’instruction à la vie affective désastreuse enquête avec François Taine sur une série de meurtres particulièrement sauvages : démembrements, cannibalisme, et mises en scène macabres. Trois plantureuses Vénus atrocement dévorées, trois tableaux sanglants entre rituel et folie. Abusant de son autorité, Jeanne fait installer des micros dans le cabinet d’Antoine Féraud, le psychanalyste qui reçoit chaque semaine son ex petit ami, et tombe par hasard sur une séance étrange où un père révèle les pulsions sanguinaires de son fils autiste et son passage à l’acte. Autisme, fécondité, préhistoire : trois pistes qui mèneront Jeanne, au Nicaragua, au Guatemala, puis dans les marais argentins. Au terme de sa quête, dans la forêt des Mânes, elle découvrira une vérité qu’on aurait préféré ne jamais connaître.

Histoire: bien ficelée
Style: plaisant
Sentiment à la fin: Grange is back!

Captivant, haletant, je suis rentrée à fond dans ce roman. Jeanne le personnage principal est une anti héroïne, la trentaine paumée qui a réussi sa vie professionnelle mais pas le reste. Elle s’investit du coup à fond dans son métier de juge, son engagement dans une enquête qui n’est pas la sienne est très bien amené. On la suit au rythme de rebondissements qui petit à petit nous en dévoilent un peu plus.

Toujours bien documenté et intéressant dans les explications et détails techniques, on sent le travail de recherche derrière et on y croit vraiment. Une partie du roman se situe en Amérique du sud et aborde la question des dictatures et des démocraties fragiles.

Certes il y a un peu de facilité dans l’intrigue et la fin n’est pas terrible. Mais tout cela reste très agréable à lire.

On retrouve tous les ingrédients de JC Grangé, des crimes atroces, un personnage bien solitaire, des pistes en pagaille, des voyages. Pas de surnaturel cette fois, c’est un pur policier.

A conseiller aux habitués de J.C Grangé. Ce n’est pas son meilleur mais il vaut le coup. Je l’ai bien plus préféré à Miséréré.

Partager

Tags:
3 Comments
  • Alex Mot-à-Mots
    Posted at 11:20h, 06 juin Répondre

    J'aime bien les Grangé. C'est moins fulgurant que son tout premier, mais ça se lit bien.

  • Miss Alfie
    Posted at 08:47h, 07 juin Répondre

    Du Grangé donc… Y compris sur la fin si j'en crois ton article, décevante, comme dans la plupart de ces derniers titres…

  • Anonyme
    Posted at 20:44h, 08 juin Répondre

    J'ai beau chercher, je n'ai trouvé le 31 juin 1981 dont il parle au chapitre 61. Quelqu'un l'a-t-il vécu ? Manque-t-il quelque chose à nos vies

Post A Comment